Bandeau actualités

Bonjour et Merci pour votre soutien . Recours contentieux contre le projet de SCoT du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Projet de PLU de Bretignolles en cours d'examen par les PPA, la commune est sous RNU. Nouveau dossier de port de plaisance remis au préfet de Vendee le 16 mars 2018, enquête publique probablement en août-septembre. La mobilisation de tous est nécessaire pour s'opposer au projet de massacre de la Normandeliere.

jeudi 24 mai 2018

Normandelière et Bremxit : l'un pavoise, l'autre pas !

Journal des Sables du 24 mai 2018 - Brem-sur-Mer - Consultation. Le "non" des électeurs au rattachement à l'agglo des Sables

Christophe Chabot se réjouit du vote

C'est une victoire incontestable du Saigneur du littoral. Christian Praud ne pourra se remettre d'une telle humiliation, lui qui pensait avoir le soutien d'une grande majorité des Brémois.

Le Saigneur du littoral a bien manoeuvré :
- agissant auprès des élus de l'agglomération des Sables d'Olonne pour qu'ils ne prennent pas position sur le projet de Bremxit avant la consultation du 19 mai 2018.
- diffusant un communiqué, le 13 avril 2018, pour couper l'herbe sous le pied de Christian Praud.
- soutenant un collectif d'opposants à Christian Praud.

Il faut peut-être ajouter, cette fusion d'associations sportives arrivant au bon moment et qui a pesé dans le choix de nombreux Brémois

" ...C'était un acte nécessaire à l'image de l'avenir du territoire. Les Brémois et les Brétignollais sont faits pour vivre ensemble" dit, le Saigneur du littoral !




mercredi 23 mai 2018

Normandelière et Bremxit : Christian Praud et son conseil municipal bottent en touche !

Ouest-France du 24 mai 2018. Consultation à Brem : "Le résultat sera analysé"









Le Reporter Sablais du 23 mai 2018. Brem-sur-Mer prend le temps de la réflexion
En début de séance, le Maire Christian Praud indiqua que n’était pas du tout prévu à l’ordre du jour une décision du Conseil municipal relative au rattachement à l’Agglo des Sables d’Olonne.
Il précisa qu’il fallait analyser les résultats et qu’il n’y aurait pas de décisions avant que les élus du Conseil municipal n’en discutent officiellement. Il a annoncé que des tracts circulaient avec un contenu en relation avec les doléances de Brem-sur-Mer. En conséquence, il indique qu’un contact à ce sujet sera pris avec la Communauté du Pays de St-Gilles (ces tracts feraient référence à des demandes faites depuis longtemps par Brem auprès du Pays de St-Gilles…)
On le voit, le Maire de Brem-sur-Mer entend prendre le temps de la réflexion. Il est vrai que le résultat de la consultation a été reçu comme un uppercut et que tous les partisans du rapprochement sont un peu groggy.

Pour nous les résultats de la consultation citoyenne ne sont pas bien difficiles à analyser mais pour Christian Praud, ils le sont !

Prévoir un conseil municipal le 22 mai 2018, 3 jours après la consultation citoyenne, et ne pas en débattre, c'est étonnant ! Si le OUI l'avait emporté, le sujet n'aurait-il pas été mis sur la table du conseil ?
C'est à croire que Christian Praud avait programmé un conseil municipal le 22 mai 2018 misant uniquement sur le succès du OUI !

Christian Praud a perdu la partie, jamais les élus de l'agglomération des Sables d'Olonne n'accepteront le projet de Bremxit après le résultat de la consultation citoyenne.

Normandelière et la Loi Littoral de nouveau en danger

Loi Littoral de nouveau en danger à l'Assemblée Nationale
Le projet de Loi ELAN (Evolution du Logement, de l'Aménagement et du Numérique)


Maire.Info. Edition du 22 mai 2018. Édition du 22  mai 2018 - SCoT littoraux, bonus de constructibilité… : les députés ont amendé le projet de loi Élan en commission
Les députés ont également donné leur aval à une adaptation de la loi Littoral (après article 12) afin de permettre le comblement des « dents creuses » (parcelles non construites entourées de parcelles bâties) dans des territoires « fortement marqués par une urbanisation dispersée » et d’inscrire « cette faculté dans le projet de territoire porté par le SCoT (schéma de cohérence territoriale) ».
« Dans l’attente de l’actualisation des documents d’urbanisme », le texte adopté propose « des dispositions transitoires permettant d’apprécier au cas par cas l’opportunité de constructions et installations qui n’ont pas pour effet d’étendre le périmètre du bâti existant, ni de modifier de manière significative les caractéristiques de ce bâti ». « De telles constructions et installations sont autorisées avec l’accord de l’autorité administrative compétente de l’Etat après avis de la commission départementale de la nature, des paysages et des sites », précise l’amendement porté par Mickaël Nogal.

France 3 du 20 mai 2018. Assemblée nationale : la loi littorale de nouveau sur la sellette ?
Dans le cadre de l'examen du projet de loi sur le logement en commission, des députés La République en marche ont fait adopter plusieurs amendements pour déroger à la loi littoral et élargir le droit à la construction. Le vote en séance publique est prévu dans une semaine

Le code de l'urbanisme est concerné la loi littoral aussi. Des députés de La République en marche font adopter plusieurs amendements qui alertent François Pupponi, élu socialiste membre de cette commission.
« Les députés ont décidé avec l’accord du gouvernement de déroger à la loi littoral, et de pouvoir construire en bordure de mer dans un espace qui est parfois un espace remarquable. Et de pouvoir y construire par exemple des éoliennes, des centrales, des centrales photovoltaïques, des décharges, des constructions. On voit qu’il y a une dérogation très forte qui a été autorisée à la loi littoral. Ce qui est extrêmement dangereux », estime-t-il

France Nature Environnement du 23 mai 2018Affaiblissement de la loi littoral : nos côtes en danger d’urbanisation
Dans le cadre de l’examen du projet de loi portant sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (ELAN), de nombreux amendements visant à déroger à la loi Littoral ont été adoptés. France Nature Environnement s’inquiète des répercussions négatives que cela peut avoir sur la protection de nos côtes et demande donc la suppression de ces dispositions inacceptables du projet de loi, ainsi que la mise en place d’une commission nationale pour travailler, de manière concertée, sur l’évolution de cette loi.
Pour Michel Dubromel, président de France Nature Environnement : « Si 91% des Français plébiscitent la loi Littoral, c’est parce qu’elle a su protéger au mieux les espaces littoraux naturels tout en organisant le regroupement des activités économiques et l’urbanisation. La responsabilité des élus est d’abord de protéger leurs populations face aux risques naturels et d’anticiper l’adaptation de leur territoire aux changements climatiques. Nous demandons au gouvernement et aux parlementaires de ne pas affaiblir la loi Littoral et de retirer, lors de la séance publique, les dispositions adoptées hâtivement en commission sans concertation ni étude d’impact ».

Un petit rappel des engagements

Nicolas Hulot a signé la pétition "Ne touchez pas à la Loi Littoral"

Voir article du 31 janvier 2018 
Stephane Buchou : "Je veillerai à ce que la côte ne soit pas amputée par des constructions"
Pourquoi ne se manifeste-t-il pas aujourd'hui ?

Le gouvernement, par la voix de Brune Poirson, secrétaire d’État auprès ministre de la Transition écologique et solidaire, a été très ferme sur ce point : il n’y aura pas de remise en cause de la loi Littoral. « Le gouvernement y est attaché » a-t-elle déclaré, cette loi de 1986 permet de conserver « l’identité de la France » et « un attrait touristique de premier ordre ». C’est un « pilier de la protection des espaces naturels » - La Gazette des communes du 31 janvier 2018