Bandeau actualités

Bonjour et Merci pour votre soutien . Recours contentieux contre le projet de SCoT du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Projet de PLU de Bretignolles à l'arrêt, la commune est sous RNU. Nouveau dossier de port de plaisance remis au préfet de Vendee. La mobilisation de tous est nécessaire pour s'opposer au projet de massacre de la Normandeliere.

mercredi 17 janvier 2018

Normandelière et Port Brétignolles : c'est le port de la division

Ouest-France du 18 janvier 2018. N.-D.-des-Landes : l'Etat choisit "l'apaisement"

Il y aura un après, la "jurisprudence" Notre-Dame-des-Landes : l'abandon de grand projet d'aménagement pour des raisons d'apaisement




Sud-Ouest du 17 janvier 2018. Notre-Dame-des-Landes : une victoire majeure pour Nicolas Hulot
Notre-Dame-des-Landes, promesse de nouveaux sols bétonnés, est "un cas d’école de ce à quoi il va falloir renoncer"

Libération du 17 janvier 2018Notre-Dame-des-Landes : l'exécutif enterre l'aéroport
«Notre-Dame-des-Landes, c'est l'aéroport de la division», a déclaré Edouard Philippe mercredi, pour justifier l'abandon du projet 
L'aéroport de Notre-Dame-des-Landes est abandonné et nous nous en réjouissons.

L'intervention de Edouard Philippe est très intéressante et mérite d'être écoutée : un passage à mémoriser


A propos du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, il dit :"un tel projet d'aménagement qui structure un territoire pour un siècle ne peut se faire dans un contexte d'opposition exacerbée entre 2 parties presque égales de la population.... Notre-Dame-des-Landes aujourd'hui, je le constate, c'est l'aéroport de la division"

C'est la contestation, l'opposition, le désordre public, la division de la population qui ont eu raison du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, c'était aussi le cas pour le projet de barrage de Sivens.

Nous avons pris bonne note et saurons le rappeler aux décideurs politiques

Le projet de port de Brétignolles est un projet structurant, Yves Auvinet a raison de s'inquiéter, la mobilisation des opposants est sans faille










La leçon à tirer de l'intervention de Edouard Philippe :
Le projet de port de Brétignolles qui structure le territoire local pour un siècle ne peut se faire dans un contexte d'opposition exacerbée entre 2 parties presque égales de la population, c'est le projet de port de la division;
Même si l'échelle est différente, comme le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, pour les mêmes raisons, le projet de port de Brétignolles doit être abandonné par l'Etat.

Ce qui crédibilise techniquement le choix du gouvernement aujourd'hui, c'est que l'alternative a été sérieusement étudiée et il a été démontré que l'aménagement de l'aéroport actuel était possible.
Ce qui crédibiliserait techniquement l'abandon du projet de Port Brétignolles, ce serait que les alternatives, demandées par le préfet de Vendée, soient sérieusement étudiées et que l'on démontre que la solution la plus simple et la moins coûteuse pour créer des emplacements portuaires au Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie est l'extension du port de plaisance de Saint-Gilles-Croix-de-Vie.
Lire l'article du 12 juin 2016C'est beau, c'est beau la Vie !











Petits Suppléments

Sur la côte Atlantique, du sable contre l'érosion. C'est le progrès !

Le Conseil Constitutionnel va passer le Signal au scanner

Conseil municipal de Brétignolles le 24 janvier 2018

Conseil communautaire le 25 janvier 2018 : Ordre du Jour

mardi 16 janvier 2018

Normandelière et Bremxit ou pas : quel est l'intérêt des Brémois ?

Comme opposants au projet de Port Brétignolles, nous avons exprimé un intérêt pour le Bremxit fragilisant le projet d'aménagement portuaire de la Normandelière et son promoteur Christophe Chabot

L'intérêt des opposants au projet de Port Brétignolles est-il l'intérêt des Brémois ?

Lors de la réunion publique du 12 janvier 2018, la situation financière des deux collectivités en question (Pays de Saint-Gilles et Pays des Olonnes) a été débattue, chaque camp interprétant les données en sa faveur et concluant qu'il était difficile d'établir un comparatif entre les 2 collectivités, les bases d'imposition étant différentes, les périmètres des collectivités évoluant, la taxe d'habitation allant disparaître progressivement ...
Pour alimenter la réflexion de chacun, comme nous le faisons habituellement, nous allons produire des données incontestables issues des comptes des collectivités (fin 2016) et de données INSEE (fin 2014) - voir les données sur SERVEUR.

Avant de produire ces données, il faut préciser le périmètre des collectivités locales - fin 2016 :
Communauté de communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie
Communauté de communes des Olonnes
Il faut noter qu'à compter du 1er janvier 2017, la communauté de communes des Olonnes est devenue Les Sables d'Olonne Agglomération avec le rattachement de la communauté de communes de l'Auzance et de la Vertonne et le rattachement de Saint-Mathurin, le nombre d'habitants passant de 43672 à 51879.

Notre comparaison se fait donc sur la base des données officielles connues pour le Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie et le Pays des Olonnes fin 2016

Récapitulatif de données incontestables












Les enseignements fin 2016

Pour un nombre de logements (résidences principales et secondaires) et un nombre d'habitants (résidents principaux) inférieurs, le Pays des Olonnes a plus de produits de fonctionnement que le Pays de Saint-Gilles (31,6 MEuros contre 22,8 MEuros), c'est donc que les impôts et taxes doivent être plus importants.

Pour un nombre de logements (résidences principales et secondaires) et un nombre d'habitants (résidents principaux) inférieurs, le Pays des Olonnes a plus de charges de fonctionnement que le Pays de Saint-Gilles (26,5 MEuros contre 20,6 MEuros), ce n'est pas dû aux "charges de personnel" mais aux "achats et charges externes"

L'endettement du Pays des Olonnes est beaucoup plus élevé que celui du Pays de Saint-Gilles (52,48 MEuros contre 18,54 MEuros) et on sait que les deux communautés de communes veulent continuer à investir massivement.

La capacité de désendettement du Pays des Olonnes est de 6,7 ans contre 4,2 ans pour le Pays de Saint-Gilles. La capacité de désendettement est le temps qu'il faudrait à la collectivité pour rembourser ses dettes si elle y consacrait toute son épargne.

C'est intéressant de mentionner le produit de la taxe d'habitation en 2016, chaque résident principal ou secondaire étant concerné
Pays de Saint-Gilles : 11,15 MEuros
Pays des Olonnes : 12,4 MEuros
Si on ramène cette donnée brute au nombre de logements, on obtient une valeur moyenne par résidence
Pays de Saint-Gilles : 234 Euros
Pays des Olonnes : 323 Euros
Il n'y a pas photo : la part de la taxe d'habitation revenant à la collectivité est plus élevée au Pays des Olonnes qu'au Pays de Saint-Gilles.

Personnellement, mis à part ma réserve initiale d'opposant au projet de port de Brétignolles, comme Brémois, je ne vois pas beaucoup d'intérêt immédiat à intégrer la communauté de communes des Sables d'Olonne :
- Pour les services, c'est du kif-kif bourricot
- Pour les impôts, c'est pas rassurant
Je voudrais rajouter un élément : Si le développement des vignobles est un objectif majeur, les viticulteurs locaux n'ont pas attendu le soutien des collectivités pour développer leur business, le porte-drapeau de la profession a même étendu, avec succès, son business sur les 2 collectivités (Pays de Saint-Gilles et Pays des Olonnes)

Il pourrait y avoir un intérêt, dans les années à venir, dans le cas où il y aurait un regroupement de communauté de communes et où le Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie fusionnerait avec Challans-Gois-Communauté. Dans ce cas, compte tenu de sa situation géographique, la commune de Brem-sur-Mer pourrait être attirée par le regroupement de communautés de communes du sud autour de celle des Sables Agglomération. Mais rien ne presse, ce pourrait être un enjeu des prochaines élections municipales de 2020.

Nota concernant le projet de fusion des communes de Brétignolles, Brem, La Chaize, Landevieille, ce ne serait pas bon pour le portefeuille des Brémois - voir le commentaire.

C'est à chaque Brémois de se faire une opinion et de la transmettre à la municipalité de Brem-sur-Mer

Cet article a été transmis à la mairie de Brem-sur-Mer ce jour.

Voir la suite dans Plus d'Infos

L'avenir se décide ensemble lance une pétition

Des barrières de sécurité installées à la Parée

Relance du Comité national de gestion du trait de côte

La Fédération Française des Ports de Plaisance reprend la main sur les Ports du Morbihan !

Bremxit : Laurent Boudelier en soutien de Christophe Chabot et du collectif

Article du Journal des Sables du 18 janvier 2018 sur le Bremxit

Une vidéo sur les plages des Dunes

dimanche 14 janvier 2018

Normandelière et le trait de côte a son gardien : Stephane Buchou

Ouest-France du 14 janvier 2018. Buchou ouvre sa permanence à Saint-Gilles
Lors de l'inauguration le député a rappelé qu'il avait été nommé président du Comité national de suivi de la stratégie nationale intégrée de la gestion du trait de côte, par Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique, en décembre. "Je veillerai à ce que la côte ne soit pas amputée par des constructions et serai attentif aux opérations au large du territoire comme l'extraction de granulats en milieu marin"

Nous prenons note et verrons s'il se manifeste contre le projet de port de Brétignolles, un projet d'aménagement du littoral qui amputera largement le trait de côte de la commune.

Il faut espérer qu'il sera plus efficace que la sénatrice de kermesse, Annick Billon, en charge du Groupe d'Etudes Mer et Littoral au Sénat qui, à la date d'aujourd'hui n'a donné aucun résultat (voir l'article du blog du 14 mai 2016)

Concernant la mission de Stephane Buchou, lire l'article de la Gazette des communes du 5 janvier 2018Face aux tempêtes, plus facile de se protéger que de reculer
Après l’échec de la proposition de loi sur l’adaptation des littoraux au changement climatique début 2016, le ministre de la transition énergétique vient de nommer un nouveau président à la tête du comité de suivi de cette stratégie
Le GIP littoral Aquitain est particulièrement engagé dans le comité de suivi de la stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte. Cette stratégie établie en 2012, suite à la tempête Xynthia de 2010, a vu son programme d’actions renouvelé pour la période 2017-2019.
En synthèse, elle prévoit de défendre les côtes là où c’est possible et incite à un recul (relocalisation) des activités et des biens menacés. Le ministre de la transition écologique vient de réactiver la démarche en nommant à la tête de ce groupe un nouveau président. Stéphane Buchou, député de Vendée (LREM) succède ainsi à Pascale Got (ex-députée de Gironde) et à Chantal Berthelot (ex-députée de Guyane).
Nicolas Hulot souhaite que ce comité se réunisse dès ce mois de janvier et que cette stratégie contribue « aux objectifs d’adaptation du Plan Climat ».

Petit Supplément qui a son importance

Site La Vigie du 13 janvier 2018Avec vous pour une nouvelle étape...
La Vigie a besoin de vous plus que jamais cette année.

Lire la suite dans Plus d'Infos

Christophe Chabot présent à la cérémonie des voeux de Saint-Hilaire-de-Riez !

Les conditions de modification du périmètre d'une ECPI (ajout d'une commune ou retrait d'une commune)

Le Guilvinec. L’heure du choix pour un nouveau port de plaisance

Erosion : tout à craindre des tempêtes à venir

Plage du Marais-Girard : Le club de plage "Les Dauphins", c'est fini

Stratégie mer et littoral : avis de concertation du public du 26 janvier au 25 mars 2018